CENTENAIRE DE L'ARMISTICE

Chers élèves 
Dans deux jours, nous fêteront des événements qui ont eu lieu il y a cent ans. C’est dans la forêt de Compiègne que la fin des combats a été signée entre les belligérants principaux de cette Première Guerre mondiale : l’Allemagne et la France.
Pour la France, ce sont 1 400 000 hommes et femmes qui ont perdu la vie. C’est dire si peu de familles françaises ont été épargnées par ces quatre années. 
Nous sommes peu nombreux aujourd’hui à avoir entendu le récit de cette guerre par ceux qui l’ont faite. 
Un siècle plus tard, nous devons toujours nous interroger sur la valeur et l’utilité de ce jour sans école pour les enfants. 
La réponse est assez simple : montrer ce que des citoyens ont pu faire pour conserver leurs institutions ; montrer que des millions d’hommes ont été au bout de la souffrance, au bout du courage. 


Commémorer, c’est faire de l’éducation civique, de la pédagogie citoyenne. 
La France n’est rien sans ce que les Français ont en commun. 
Durant ces quatre années, les Français se sont appliqués à rester unis : c’est pourquoi ce jour est le souvenir d’une victoire.  Et c’est au nom de l’homme, de tous les hommes, qu’il s’agit, par simple amour de la vie, d’en garder la mémoire. Et tous les ans, un jour n’est pas de trop pour faire vivre un souvenir comme celui-là. 
Je vous invite maintenant à respecter une minute de silence pour rendre hommage aux victimes de cette guerre. 


Je vous remercie de votre attention. 


Je vous rappelle qu’une cérémonie au monument au mort de PLERIN aura lieu ce dimanche à 11h40. 


J’invite les élèves de 6èmes à se rendre dans la cour devant le collège pour une photosouvenir.